Avec les socialistes, et à cause d’un faible taux de participation, les Français de l’étranger risquent d’être mal considérés …

Posted on 6 juin 2012

0


ELECTIONS DES DÉPUTÉS DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER : UNE VASTE MASCARADE

D’habitude très placide, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault n’a pu résister, mardi, au plaisir d’une petite pique à l’adresse de l’ancienne majorité de droite qui, en inventant des députés représentant les Français de l’étranger, « pensait sans doute en faire une petite réserve électorale « (« Le Parisien », 5/6). A la fin du premier tour, avancé d’une semaine par rapport à l’hexagone, le Parti socialiste vire en tête dans sept des onze circonscriptions mondiales imaginées par la droite en janvier 2010.
Mais, en réalité, la gauche n’a pas plus de raisons de pavoiser que la droite au vu du taux très faible de participation de 20%, alors que toutes les facilités, comme le vote sur Internet, avaient été consenties à ces expatriés. Pas très convaincant, alors que la note de frais de nos futurs élus voyageurs s’élève déjà à 15 millions d’euros !
L’enthousiasme de nombre d’électeurs potentiels a sans doute été douché par un découpage plutôt farfelu de la planète. La 8e circonscription associe allègrement la Grèce et la Turquie, Israël et la Palestine, des pays qui ne sont pas les meilleurs amis du monde, ce qui a obligé les candidats à se cantonner aux pays accueillant le plus d’électeurs potentiels. Bon courage aussi à l’ancien juge Alain Marsaud qui vire en tête de la 11e circonscription qui abrite, en toute simplicité, la Russie, l’Iran, l’Asie et l’Océanie.
D’autres candidats ont mis aussi du leur pour se ridiculiser. L’ancien secrétaire d’état Frédéric Lefebvre est venu s’adresser aux Français vivant à New-York dans un anglais tellement scolaire qu’ils ont préféré quitter la salle tellement ils avaient honte. Résultat : the bad boy Lefebvre plafonne à 22,08% des suffrages et se retrouve nettement devancé par la candidate socialiste Corinne Narassiguin.
« L’usine à gaz » qui vient d’être mise en place laisse donc perplexe. D’autant plus que nos voisins européens ont trouvé des solutions beaucoup plus simples et beaucoup moins onéreuses pour donner la parole à leurs expatriés. En Grèce, à Malte et en Irlande, ceux qui ont quitté le pays n’ont pas le droit de voter. Ailleurs, les expatriés votent par correspondance, par procuration ou dans leur ambassade et leur voix est comptabilisée dans la dernière circoncription où ils résidaient avant de quitter le pays…
… Mais nos finances sont en tellement bonne santé que l’on peut bien se permettre cette nouvelle gabegie.

Yves Marri.

Revue de presse – Source  :

Publié le 06/06/2012

http://www.republiquez.com/Article.aspx?a=Elections+des+d%C3%A9put%C3%A9s+des+Fran%C3%A7ais+de+l%E2%80%99%C3%A9tranger+%3A+une+vaste+mascarade