Misons sur les jeunes pour bâtir l’avenir . Grâce au programme « Eurodysée », des milliers de jeunes ont pu mener un stage à l’étranger. 80 % d’entre eux ont trouvé du travail dans les mois qui ont suivis .

Posted on 10 mars 2012

0


Ne laissons pas la morosité s’installer, mais au contraire mobilisons nos éfforts, et en particulier en faveur des jeunes . Misons sur les jeunes pour bâtir l’avenir.

L’année en cours demande toutes nos ressources en ingéniosité et en pugnacité pour redresser la situation économique de l’Europe. L’enjeu le plus important sera sans conteste la relance de l’emploi et de la croissance.

Comment, en effet, financer les retraites et le système de santé, comment relancer la consommation et la croissance, si le chômage ne cesse d’augmenter, tout particulièrement au détriment de la jeunesse ? On demande aux jeunes d’assurer notre avenir, mais en retour, eux-mêmes ne parviennent à trouver au mieux que des emplois précaires. L’impact est énorme sur nos sociétés : fin 2011, le taux de chômage des moins de 25 ans dans l’Union européenne était annoncé à 21,4 % et ce triste record devrait encore être dépassé cette année avec la récession. Ce n’est certes pas de cette façon que nous pouvons espérer assurer notre avenir, d’autant qu’à plus ou moins long terme, les perspectives économiques européennes restent bien sombres. À moins peut-être d’un véritable sursaut de notre part à tous ?

Le phénomène concerne bien tous les pays de l’UE. Pour avoir une chance de le réduire, il nous faudra trouver des solutions transnationales… ou transrégionales ! L’Assemblée des Régions d’Europe s’est par conséquent saisie de ce problème et tente activement de lui apporter des solutions. En réalité, l’emploi des jeunes est même l’un des combats historiques de l’ARE qui a lancé dès 1985 son programme Eurodyssée : grâce à cette initiative, des milliers de jeunes Européens ont pu mener un stage à l’étranger pour se former et s’enrichir de nouvelles expériences. Près de 80 % d’entre eux ont trouvé un travail dans les mois qui ont suivi. Nos universités d’été donnent aussi l’occasion depuis 10 ans aux jeunes et aux décideurs politiques de nos régions de se rencontrer pour débattre, partager leurs idées, leurs expériences et échanger sur la mise en place de « bonnes pratiques ». L’année dernière, le thème de l’université d’été était d’ailleurs consacré à l’avenir de la jeunesse dans une Europe en mutation. L’ARE a en outre créé un Réseau régional des jeunes voici maintenant trois ans, afin de faire encore mieux entendre leur voix au sein de l’organisation.

L’ARE organise plusieurs événements et participe à des programmes pour favoriser l’emploi des jeunes

Notre participation au projet YES (Young Entrepreneurs Strategies) en est un exemple. Les jeunes éprouvent souvent de fortes appréhensions dès qu’il s’agit de créer leur entreprise. Nous avons pourtant besoin d’entrepreneurs innovants et dynamiques pour créer des emplois ! Le but du programme est donc de promouvoir l’esprit d’entreprise. Des études ont en effet montré que les formations sur l’entreprenariat avaient une efficacité réelle et le programme aide ainsi à la conception de plans régionaux ou locaux pour développer l’entreprenariat.

Dans le même but, nous réalisons des audits par les pairs. Cette méthode, développée par l’ARE, sert l’échange d’expériences et le transfert de bonnes pratiques entre nos régions. L’ARE a ainsi lancé en juillet de l’année dernière le projet Promouvoir l’emploi des jeunes (PYE – Promoting Youth Employment) afin de développer des plans d’action régionaux concrets et de renforcer les partenariats entre les autorités publiques et les secteurs associatifs et privés. Le but est d’aider les jeunes, et notamment les plus défavorisés, à trouver un emploi stable. Le projet est cofinancé par la Commission européenne, ce qui est très encourageant pour nous, car l’UE montre ainsi qu’elle considère ce type de projet comme à même de répondre aux objectifs européens en matière d’emploi, d’affaires sociales et d’égalité des chances. Quatre de nos membres participent pour l’instant au projet, mais à terme, l’expérience qu’ils en retireront profitera à tous.

Améliorer les politiques régionales en matière d’emploi des jeunes est ainsi l’un des objectifs clefs de l’ARE. Les audits par les pairs ont fait leurs preuves dans de nombreux domaines : notre but est maintenant de réussir à faire appliquer ces projets et ces méthodes à plus large échelle. Les perspectives d’emploi des jeunes ne pourront s’améliorer qu’avec des politiques publiques fortes qui tiennent compte de ce qui se passe chez nos voisins, à la fois pour tirer profit des expériences réussies au-delà de nos frontières et pour mieux s’adapter à un contexte économique global en perpétuelle évolution.

Anticiper et faire correspondre les compétences acquises aux besoins du marché du travail grâce à la formation professionnelle tout au long de la vie et à l’enseignement est vital pour le fonctionnement de nos économies. Impossible de laisser de côté cette démarche sous prétexte de plans de rigueur. Les régions membres de l’ARE se sont ainsi mobilisées l’année passée pour soutenir l’emploi des jeunes et renouvelleront leur effort cette année.

Les états européens ont assez peu prêté l’oreille aux revendications des jeunes et à leur désarroi aussi bien qu’à leurs propositions. Ils ont eu tort. Car donner aux jeunes l’opportunité d’agir sur le monde d’aujourd’hui est essentiel pour qu’ils s’impliquent dans le monde de demain. Et l’empowerment des jeunes doit être double : il faut leur donner la place qui leur revient dans les processus de décisions politiques, en les associant aux débats qui les concernent, mais aussi leur donner du travail, pour qu’ils aient, tout simplement, les moyens de s’insérer dans la société. La jeunesse européenne est pour nous une force et une richesse : il est grand temps de s’en rendre compte !.

Revue de presse  –  Source  : http://www.jolpress.com/blogs/michele-sabban