Scolarité : Nous devons (encore) tous nous battre sur le sujet de la gratuité scolaire pour les enfants Français à l’étranger .

Posted on 11 janvier 2012

0


Quand nous affirmons que l’application de la PEC n’est pas du tout péreine et encore moins de son développement au petites classes, certains  pensent que nous exagérons nos propos. Soyons néanmoins vigileant sur le sujet . Son application reste trés fragile.

Nous reproduisons ci-dessous la réaction d’un candidat de la 10 eme circonscription des Français de l’étranger qui semble avoir les mêmes craintes que nous et qui nous semble parfaitement lucide et avec lequel , nous pourrions travailler sur ce sujet. Commentaires parfois partisans mais qui posent le sujet d’inquiétude des parents d’éléves .

« La PEC  en ruine…Les frais de scolarité qui s’envolent…

 Un bilan désastreux pour une mesure longtemps attendue et bien reçue en 2007.

 Faire d’une belle idée, celle de la gratuité scolaire pour les enfants français  à l’étranger, une usine à gaz totalement inéquitable. Le gouvernement Sarkozy-Fillon et la majorité actuelle ont réussi ce tour de force.

 Comment ? D’abord en commençant à l’envers, c’est-à-dire par les classes Terminales de lycée au lieu des classes maternelles ! Quelle était la logique à l’œuvre ? Très simple, il y a moins d’élèves au lycée qu’à l’école maternelle et primaire, donc ça coûte moins cher ! Car la mesure prise n’était pas vraiment budgétée ! Ensuite, très vite, le bateau prend l’eau faute de  financement. Alors le gouvernement créé une commission chargée de dire que tout va bien, mais quand même de suggérer de cantonner la PEC à son niveau des frais de scolarité de l’année scolaire 2008-2009, les familles remettant la main à la poche pour payer la différence.

 Exemple à Tananarive : Frais de scolarité pris en charge par la PEC 62,4%, reste à la charge des familles 37,6%. Accessoirement, ceci met en relief de façon cruelle que les frais de scolarité ont augmenté de 37,6% en quatre ans pour tous les élèves. Un rythme que certains qualifieraient de soutenu.

 Dans d’autres pays, l’inflation et les augmentations des frais de scolarité font, qu’en quatre ans, la part payée par les parents dépasse les 50%. Où en serons-nous dans deux ou trois ans face à cette dérive ? Quel sens garde cette mesure ?

 Au lieu de s’entêter, le gouvernement ferait mieux de suivre nos recommandations et de reverser le montant des crédits alloués à la PEC dans le budget des bourses scolaires, seul dispositif socialement équitable actuellement. Simple question de bon sens !

 PEC : Prise En Charge des frais de scolarité mis en place à la rentrée scolaire 2008-2009 pour les enfants français dans les établissements scolaires apprtenant au réseau AEFE (Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger)

 Jean-Daniel Chaoui »

Revue de presse – Source :  le blog de « Jean-Daniel Chaoui »  :    http://www.blogg.org/blog-74667-billet-1375894.html

ou encore:

http://www.scoop.it/t/expats-legislatives-une-campagne-inedite/p/517864551/montpellier-montpellier-politique-des-ambitions-locales-pour-thierry-mariani

Posted in: Education