Thierry Mariani, au fil d’une interview dans un hebdomadaire d’extrême-droite, se défend de courir derrière le Front national .

Posted on 18 octobre 2011

0


Thierry Mariani s’oppose au droit de vote des étrangers dans Minute.

Le ministre des Transports vient d’accorder une longue interview à l’hebdomadaire d’extrême-droite « Minute ». Co-fondateur du collectif Droite populaire, Thierry Mariani se défend de courir derrière le Front national.

 
Thierry Mariani

Thierry Mariani.  MaxPPP/Christophe Morin.

Thierry Mariani se sait observé. Par la gauche, évidemment, scrutant les écarts d’une majorité parfois tentée de regarder sur sa droite. Par son camp, également, dont certains membres louent les valeurs du centre. Le co-fondateur du collectif Droite populaire, véritable poil-à-gratter de l’UMP, a souvent été accusé de chasser sur les terres extrémistes. Il se défend de courir derrière le Front national.

 

La précision a du sens mais, apportée au fil d’une interview dans l’hebdomadaire d’extrême-droite « Minute« , elle recouvre également une certaine ironie. « Le patriotisme n’est pas une marque déposée du Front national, se défend Thierry Mariani. J’ai fait passer un nombre incalculable d’amendements durant ma vie parlementaire, dont beaucoup étaient liés au respect des valeurs patriotiques, à la maîtrise des flux migratoires. »

Le droit de vote des étrangers ? « Un calcul cynique »

Cela ne l’empêche pas d’avoir des points de convergence avec le parti de Marine Le Pen, notamment en ce qui concerne le vote des étrangers. « Les Français se sont fait voler leurs avantages économiques et sociaux dans leur propre pays, ils sont victimes de la discrimination positive que le Président de la République et ses copains du CAC40 imposent partout, ils ont tout de même le droit de conserver leur dernier privilège : le droit de vote ! », écrivait en mars 2010 Marine Le Pen dans un communiqué. Dans ce même communiqué, celle qui était alors vice-présidente du FN relevait que, à titre personnel, Nicolas Sarkozy n’était pas opposé à cette mesure.

Thierry Mariani, pour sa part, parle d’un « calcul cynique pour créer artificiellement de nouveaux bataillons électoraux pour la gauche, face à un peuple français jugé trop ‘réactionnaire’ ». Il fustige l’idée de droit de vite des étrangers « Ces étrangers ont eu une décennie pour devenir Français, mais n’en ont pas saisi l’opportunité, argumente-t-il dans Minute. C’est donc un choix délibéré -qu’il faut respecter- ou une incapacité, parce que la nationalité leur a été refusée. Dans tous les cas, je ne vois pas pourquoi ils bénéficieraient des privilèges des citoyens français. »

Le droit de vote des étrangers revient aujourd’hui sur le devant de la scène politique. C’est la conséquence directe du basculement du Sénat à gauche, fin septembre, la chambre haute, historiquement à droite, ayant toujours bloqué cette mesure, même lorsque le PS était au pouvoir. Surtout, la mesure fait parti du programme du Parti socialiste en vue de la prochaine présidentielle, le PS entendant ouvrir aux citoyens hors-UE le droit de vote aux élections locales. Le collectif Droite populaire doit lancer une pétition contre cette mesure, une pétition dont Minute publie le texte cette semaine.

Revue de presse – Source : « France soir . fr » . le 18 octobre 2011 . sous SG –http://www.francesoir.fr/actualite/politique/thierry-mariani-s-oppose-au-droit-vote-des-etrangers-dans-minute-148346.html